L’expérience algérienne antiterroriste et anti-radicale aux services de l’Afrique

Participant à la 45e Conférence de l’UPA à Abidjan, Ahmed Kharchi met en avant

En déplacement en Côte d’Ivoire pour prendre part à la 45e Conférence de l’Union parlementaire africaine (UPA) d’Abidjan, le vice-président du Conseil de la Nation, Ahmed Kharchi a présenté, avant-hier, l’expérience avérée de l’Algérie dans le domaine de la lutte contre le phénomène du terrorisme et l’extrémisme violent, tout en rappelant, lors de cet événement africain, le rapport de Chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, en sa qualité de Coordonnateur des efforts de l’Union africaine (UA) de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, qui regorge de nombreuses approches et solutions.Prônant la voie de coordination, de coopération et d’unification des rangs et positions entre Africains pour triompher et remporter la bataille contre le terrorisme et l’extrémisme violent, tel que pensé par le président de la République, le numéro deux du Conseil de la Nation, Ahmed Kharchi a, avant-hier et depuis la capitale ivoirienne, plaidé à une approche africaine multidimensionnelle basée sur deux aspects, sécuritaire et économique.
Intervenant devant ses homologues africains, Ahmed Kharchi a mis en exergue l’expérience pionnière de l’Algérie en matière de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, à travers laquelle il a mis en évidence « le lien entre les deux menaces afin d’y faire face suivant une approche inclusive et multidimensionnelle », lit-on dans un communiqué rendu public avant-hier par le Conseil de la Nation.
Depuis Abidjan, le représentant du président du Conseil de la Nation a cité, lors de son allocution prononcée aux travaux de la 45e Conférence de l’UPA, la vision du Président Tebboune qui traduit la manière de combattre le terrorisme et l’extrémisme radical, et selon laquelle, dira le sénateur algérien, « la bataille contre le terrorisme et l’extrémisme violent ne pourrait être remportée en l’absence d’une approche compréhensive basée sur un déploiement sur un double front, à savoir la lutte contre les groupes extrémistes, mais aussi et surtout en termes de prévention et d’efforts de déradicalisation », a rapporté, avant-hier, un communiqué du Conseil de la Nation reprenant l’intervention de son vice-président à Abidjan. Recommandant devant ses homologues africains sur l’impératif d’un assèchement des sources matérielles et morales dont bénéficient le terrorisme y compris l’extrémisme violent, le représentant algérien à la 45e Conférence de l’UPA a évoqué d’autres principes sur lesquels repose l’approche globale algérienne, dont celle qui vise à relier la paix, la sécurité et le développement socio-économique, où Ahmed Kharchi a suggéré une coordination et coopération africaine sur les plans régional et international sans ingérence dans les affaires intérieures des Etats. Partageant l’expérience antiterroriste de l’Algérie avec l’Afrique, le vice-président du Sénat a rappelé que « l’Algérie a vaincu le terrorisme grâce aux sacrifices de ses enfants, à sa politique de sagesse et aux mesures judicieuses prises par les hautes autorités du pays », avant d’ajouter qu’ « aujourd’hui, elle apporte son soutien à son voisinage africain immédiat dans sa lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, eu égard à son expérience qui vaut d’être érigée en référence en la matière », a fait observer Ahmed Kharchi. Abordant le terrorisme qui prévaut au Sahel, le sénateur algérien a fait part de l’initiative de l’Algérie sous la conduite du Président Abdelmadjid Tebboune visant à « insuffler une nouvelle dynamique aux efforts de lutte contre le terrorisme dans l’espace sahélo-saharien, ainsi que ses démarches pour le renforcement de l’action africaine commune en matière de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent », a-t-il affirmé.
Sofiane Abi