Atelier national prévu vers la fin janvier 2024

Révision de la loi relative à la protection du patrimoine culturel

La ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, a annoncé, dimanche à Alger, l’organisation d’un grand atelier national fin janvier prochain consacré à la révision de la loi 98-04 relative à la protection du patrimoine culturel, et ce, en vue d’enrichir le texte et de combler ses vides juridiques.
A l’ouverture de l’exposition artistique «Journées des arts et de l’architecture d’Alger», qui se tient au Palais de la Culture Moufdi Zakaria, Mme Mouloudji a fait savoir que cet atelier, prévu le 25 janvier prochain, s’inscrivait dans le cadre de la révision de cette loi en vigueur depuis 1998, invitant les architectes, les chercheurs et les artistes à y prendre part.
Rappelant que cette loi visait à «protéger, sauvegarder et mettre en valeur» le patrimoine culturel et l’identité architecturale de l’Algérie, la ministre a expliqué que dans le texte, «les biens culturels se divisent en trois catégories, dont les biens culturels immobiliers lesquels comprennent les monuments historiques, les sites archéologiques et les ensembles urbains ou ruraux».
«Les questions d’urbanisme sont au cœur des préoccupations de l’Etat algérien, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, en tête», a-t-elle soutenu.
Pour la ministre, «lier les questions d’urbanisme aux dimensions artistique et esthétique exige davantage d’efforts pour développer une vision à la fois moderniste et authentique dans la création des villes».
Elle a souligné, en outre, que le ministère avait créé, dans le cadre de sa politique de préservation et de valorisation du patrimoine architectural, plusieurs centres de recherche et d’établissements à caractère administratif, commercial ou de formation, tels que l’Ecole nationale supérieure de conservation et de restauration des biens culturels (ENCRBC), l’Agence nationale des secteurs sauvegardés (ANSS), et le Centre algérien du patrimoine culturel bâti en terre (Capterre).
La ministre a ajouté que le secteur, dans le cadre des efforts de formation pour la protection et la préservation du patrimoine culturel, avait également supervisé, en septembre dernier, la remise de certificats de qualification à des architectes spécialisés dans les monuments et les sites protégés, portant ainsi à 116 le nombre total de cette catégorie d’architectes qualifiés répartis sur 24 wilayas.
A noter que cette première édition des «Journées des arts et de l’architecture d’Alger», organisée par la fondation «Patrimoine, ville et architecture», sous le patronage du ministère de la Culture et des Arts, «vise à créer une plateforme d’échange d’expériences et d’idées et à donner aux artistes et architectes l’occasion de présenter leurs œuvres dans les domaines des arts et de l’architecture, en focalisant sur les questions de l’innovation, du patrimoine, de la durabilité et de l’identité».
Elle vise également à «encourager le dialogue constructif et rapprocher les arts et l’architecture du grand public».
Cette première édition réunit des architectes, des artistes et des chercheurs de différentes wilayas. Elle propose une exposition diversifiée et des conférences qui se poursuivront jusqu’au 26 décembre, selon les responsables de la fondation «Patrimoine, ville et architecture», créée à Sétif en 2022.
R.C.