Remédier aux effets de la sécheresse

Les pluies qui sont tombées en trombes sur plusieurs wilayas ces derniers jours, contribueront à résorber les effets négatifs de la longue période de sécheresse, même si elles restent encore insuffisantes par rapport à ce qu’attendent les agriculteurs. Il y a quelques jours, en réunion par visioconférence, avec les directeurs des services agricoles des 58 wilayas, ainsi que les inspecteurs vétérinaires, le directeur général de l’Office interprofessionnel des céréales (OIC) et les directeurs des coopératives de céréales et de légumes secs (CCLS), le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Youcef Cherfa a donné des instructions fermes concernant les agriculteurs touchés, la saison précédente, par la sècheresse.

Il s’agit de «veiller à la concrétisation des différentes mesures prises pour la réussite de la campagne labours-semailles, notamment la dotation des agriculteurs en semences et engrais à titre gracieux et la suspension du remboursement des crédits agricoles ‘’Rfig’’ et ce, en application des orientations du président de la République». Les agriculteurs ont été confrontés à une sécheresse qui a trop duré, aussi les pluies et la neige en ce début d’année, ont-elle sans doute suscité soulagement et espoir. Ces pluies, certes tardives, vont contribuer à sauver certaines filières agricoles particulièrement affectées par la sécheresse. Le changement de temps a été accompagné de chutes de neige qui ont couvert d’un manteau blanc les sites montagneux qui vont certainement attirer les promeneurs. Les appels à la prudence sur les routes ne sont pas de trop.

Ces conseils sont donnés par les services concernés par la prévention des risques liés aux intempéries. Il s’agit de réduire l’impact des intempéries et empêcher qu’elles se transforment en catastrophes avec les dépenses engagées par l’Etat pour remédier aux dégâts et indemniser les pertes occasionnées aux habitants et aux opérateurs économiques, en l’absence d’une couverture par les assurances. Les appareils de chauffage dans les établissements scolaires ont fait l’objet, en principe, des opérations d’inspections, et d’entretien.

L’exigence d’équiper en toute urgence tous les établissements scolaires de chauffage ne signifie pas la précipitation dans cette opération avec le bâclage inévitable, quand les règles de l’art sont ignorées, et tous les risques liés aux malfaçons. Le contrôle des installations doit être fait systématiquement en recourant aux services de la Sonelgaz. Le froid glacial qui sévit en cette période sur pratiquement l’ensemble du territoire national permettra de savoir si le chauffage est disponible dans tous les établissements scolaires, particulièrement dans le cycle primaire.
Lakhdar A.