Le soutien de l’Etat réaffirmé

Investissement agricole dans le Sud

Le Directeur de l’organisation foncière et de la mise en valeur des terres au ministère de l’Agriculture et du Développement rural, Tefiani Wahid, a souligné, avant-hier mardi, la volonté de l’Etat de mettre en place les mécanismes nécessaires pour soutenir l’investissement agricole, notamment, a-t-il dit, dans les wilayas du Sud, en vue de réaliser la sécurité alimentaire et de renforcer l’économie nationale, à travers le développement de politiques de soutien à l’investissement dans le secteur. En adoptant, a-t-il indiqué, un Plan d’action permettant le développement des filières agricoles, notamment les filières stratégiques.
S’exprimant lors d’une séance de travail avec la Commission de l’agriculture, de la pêche et de la protection de l’environnement de l’Assemblée populaire nationale (APN), à l’occasion de la préparation d’une journée parlementaire autour du foncier agricole, dont l’organisation est prévue prochainement, Tefiani Wahid a, à l’occasion, rappelé les mesures réglementaires prises par les autorités publiques pour encadrer le foncier agricole et sa gestion. Citant l’Office de développement de l’agriculture industrielle en terres sahariennes (ODAS) doté d’un guichet unique pour faciliter toutes les opérations administratives qui inclut 20 wilayas sahariennes. « 39 assiettes foncières ont été attribuées jusqu’à présent d’une superficie totale estimée à 13.574 ha dont 24 assiettes à Ghardaïa d’une superficie totale estimée à 2.974 ha et 3 assiettes foncières à Naâma d’une superficie de 7.176 ha », a-t-il fait savoir. Evoquant l’assainissement du foncier agricole dans le cadre du programme de possession de propriété de foncier agricole, au titre de la loi d’août 1983, l’office, a poursuivi Tefiani Wahid, a recensé 241.840 hectares. « Ce dossier a été transféré à la Primature, lequel comprend les différents problèmes soulevés et liés à ce foncier et à la possibilité de mettre en valeur les terres par la possession du foncier agricole », a-t-il poursuivi non sans rappeler, à ce propos, les instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, données lors d’une réunion du Conseil des ministres en décembre dernier, à l’effet de régulariser définitivement les dossiers de mise en valeur des terres agricoles d’ici à fin janvier 2024. Faisant cas d’une correspondance du ministère à 35 wilayas concernées pour lever les obstacles qui entravent la régularisation du dossier.
Revenant sur les terres agricoles qui seront octroyées, à l’échelle nationale, par voie de concession, l’intervenant a affirmé que la superficie disponible était estimée 63.481 hectares. « Parmi ces terres recensées par l’Office national des terres agricoles (ONTA), lors de ses sorties sur le terrain, dans le cadre de son suivi des terres agricoles disponibles, il a été procédé au recensement de 13.380 ha de terres en surplus n’ayant pas été encore distribuées et de 50.100 ha disponibles provenant des opérations de récupération », a observé Tefiani Wahid. Faisant observer que les sorties de terrain concernant ces terres récupérées, ont fait état de l’existence de 2.463 ha non-exploitées et 34.787 ha exploitées illégalement, tandis que 12.850 ha était en cours de recensement.
Rabah M.