Installation d’une commission nationale pour l’élaboration du projet de loi

Numérisation

La Haut-commissaire à la numérisation avec rang de ministre, Mme Meriem Benmouloud a annoncé, mardi à Alger, l’élaboration en cours d’un projet de loi sur la numérisation en coordination avec les secteurs et les instances concernés.
L’annonce a été faite lors d’un exposé présenté devant la commission des transports et des télécommunications à l’Assemblée populaire nationale (APN) sur le rôle et les missions de son instance dans le développement de la numérisation en Algérie.
A ce propos, Mme Benmouloud a fait état de l’installation «d’une commission nationale pour l’élaboration de ce projet de loi, à travers la définition de ses grands axes et sa rédaction».
«Tous les textes juridiques et législatifs ont été inventoriés en vue de les examiner et de les analyser», a-t-elle affirmé, rappelant avoir tenu «plusieurs séances avec les juridictions compétentes et les experts pour la rédaction du projet de loi et la définition de ses grands axes».
Par ailleurs, Mme Benmouloud a mis en avant les efforts que consent son instance pour la généralisation de la numérisation au niveau des différents établissements publics et économiques en sus de la modernisation des structures et du service publics.
Rappelant l’importance de «la mise en place d’une stratégie nationale pour la transition numérique, élaborée et envoyée, début janvier, à tous les services concernés pour examen et enrichissement», la Haut-commissaire a relevé «la conformité des avis et analyses reçues par le Haut commissariat à la numérisation avec les axes et les objectifs de cette stratégie».
Evoquant les principaux objectifs de cette stratégie, elle a cité, entre autres, la généralisation de la numérisation à l’ensemble des instances et secteurs économiques afin de la consacrer au quotidien au profit des citoyens et de tous les établissements, la promotion du capital humain et l’appui de la formation, annonçant «qu’un plan quinquennal sera mis en place».
La responsable a insisté sur «la nécessité de mettre en place une plateforme interactive numérique au profit des citoyens et des établissements après la finalisation de l’infrastructure et le développement d’une base de données nationale».n