Le cessez-le-feu à Ghaza doit être au centre des priorités diplomatiques internationales

Palestine occupée

Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riyad Al-Maliki, a insisté à ce que la revendication d’un cessez-le-feu à Ghaza soit placée au centre des forums diplomatique internationaux pour contraindre l’entité sioniste à mettre un terme à sa fuite en avant et stopper sa folie meurtrière contre le peuple palestinien.Au cours d’entretiens lundi soir avec ses homologues suédois et espagnole, respectivement Tobias Bjelstrom et José Manuel Barris, à Bruxelles, Al- Maliki a mis l’accent sur «l’importance de placer la revendication d’un cessez-le- feu à Ghaza au centre des priorités abordées lors de divers forums diplomatiques internationaux».
La concentration sur l’urgence d’un cessez-le feu à Ghaza au cours des forums internationaux est capable de fédérer davantage les efforts et parvenir en conséquence à une position efficace à même de dissuader l’entité sioniste à poursuivre ses massacres», a insisté le chef de la diplomatie palestinienne. De leur côté, les chefs de la diplomatie suédoise et espagnole ont réitéré la position de leurs pays respectifs en faveur d’un cessez-le feu urgent à Ghaza et condamné les bombardements aveugles de l’entité sioniste contre des Palestiniens et des infrastructures de base. Ils ont dénoncé également les violences et agissements condamnables des colons contre les Palestiniens et leurs biens à travers les territoires palestiniens occupés.
Samedi soir, le SG de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé les dirigeants du monde entier à reconnaitre les droits légitimes des Palestiniens, dont le droit à la souveraineté sur leurs territoires et l’établissement d’un Etat indépendant. «Le refus d’accepter la solution à deux Etats, ainsi que le déni du droit à un Etat pour le peuple palestinien, sont inacceptables», a déclaré M. Guterres devant les participants au 19e sommet du Mouvement des non-alignés (MNA) dans la capitale Kampala, notant que «cela prolongerait indéfiniment un conflit qui est devenu une menace majeure pour la paix et la sécurité mondiales».