La Douane fait état de plus de 1.240 milliards DA

Hausse des recettes douanières et du nombre des déclarations en douanes traitées en 2023

La réforme de la Douane algérienne se décline au travers de plusieurs objectifs, dont le renforcement de ses interventions dans le contrôle au niveau des frontières et la sécurisation de la circulation des marchandises, la transformation et la digitalisation de l’administration douanières à l’échelle nationale, formation des agents douaniers et surtout l’intensification de la lutte contre les trafics et les crimes financiers afin de garantir la conformité des marchandises…Cette stratégie a permis aux services douaniers de donner des résultats probants en 2023. Grâce au nouveau système d’information lancé au mois de novembre 2023, les services des Douanes ont réussi à accélérer le traitement des déclarations en douane et augmenter, par conséquent, leur nombre.
Selon les chiffres communiqués par les responsables des douanes et repris par les médias locaux, à l’occasion de la célébration avant-hier, à Alger de la Journée internationale des douanes, célébrée le 26 janvier de chaque année, «les services douaniers ont traité depuis le mois de novembre 2023 jusqu’à janvier 2024, 1.659 déclarations dont 1.500 déclarations ont été enregistrées au cours de ce mois de janvier ». Un nombre en hausse constante.
Quant à la valeur des recouvrements et des contributions au Trésor public s’élève à « plus de 1.240 milliards DA en 2023, contre 1.148 milliards DA en 2022, soit une hausse de 8, 2% », précise la même source. La Douane algérienne gagne en efficacité, en pertinence, en performance et s’implique davantage dans la protection de l’économie nationale.
Dans son allocution prononcée à cette occasion, le ministre des Finances, Laaziz Faid, s’est réjoui des efforts accomplis par les services douaniers, affirmant que
« le corps des douanes joue un rôle efficace et important dans la mise en œuvre de la politique économique, en contribuant à la protection de l’économie nationale et des citoyens, outre l’attraction des investissements, la lutte contre la corruption, et par conséquent la construction de l’économie ». Un avis que partage, le Directeur général des Douanes, Abdelhafid Bakhouche qui, à son tour, a salué les efforts consentis par les employés du secteur au service de l’économie nationale et du citoyen, mettant en avant « la mobilisation permanente et constante de ses services dans le but de promouvoir l’activité douanière en coordination avec tous les acteurs en vue d’un encadrement optimal du commerce extérieur ».
M. Faid a réitéré, également,
« l’importance du programme de la numérisation lancé par son département ministériel pour promouvoir le service public et faciliter les procédures et les transactions », estimant que « les Douanes algériennes s’apprêtaient à relever des défis futurs dont des mutations stratégiques importantes, à la faveur de la planification prospective et de la valorisation de la ressource humaine ».
La modernisation et la numérisation de l’administration sont sur la bonne voie. Selon M. Bakhouche, les Douanes algériennes sont prêtes à relever les défis actuels et futurs, estimant que « le corps des Douanes connaîtra des mutations stratégiques importantes visant la réalisation de plusieurs objectifs dont la création d’un système de gestion basé sur la planification prospective et l’évaluation de la réalisation des objectifs impliquant des indicateurs de mesure de la performance ».
La direction générale des Douanes envisage, a-t-il indiqué, de « renforcer le partenariat avec ses partenaires habituels avec l’ouverture des perspectives devant les partenaires potentiels, au titre d’une vision innovante… ».
Samira Takharboucht