Soutien de l’Algérie au Soudan

Le Président Tebboune confirme

? Le président Abdelmadjid Tebboune a confirmé que l’Algérie était aux côtés du Soudan pour surmonter les circonstances difficiles et affronter les forces du mal qui le visent. Dans une déclaration à la presse conjointe avec le président du Conseil de souveraineté transitoire soudanais, le président de la République a salué les relations renouvelées entre l’Algérie et le Soudan. Il a également salué la position du Soudan en faveur de l’adhésion de l’Algérie au Conseil de sécurité de l’ONU.

Le Président Tebboune a également affirmé que l’Algérie soutient toujours le Soudan et que le peuple algérien a une longue histoire de patriotisme et de défense des causes justes. Le Président a souligné la similitude des points de vue entre l’Algérie et le Soudan sur de nombreuses questions régionales et internationales. Le Président Tebboune a eu, hier dimanche, des entretiens en tête à tête avec le président du Conseil de souveraineté transitoire de la République du Soudan, pays frère, le général Abdel Fattah al-Burhan Abdel Rahmane, qui effectue une visite officielle de deux jours en Algérie. Les entretiens, qui se sont déroulés au siège de la Présidence de la République, ont été élargis aux délégations des deux pays.

Auparavant, le président de la République avait réservé à l’hôte de l’Algérie, un accueil solennel au siège de la Présidence de la République. Le président du Conseil de souveraineté transitoire de la République du Soudan, est arrivé, hier dimanche à Alger, pour une visite officielle de deux jours. Il a été accueilli à son arrivée à l’aéroport international Houari Boumediene par le Premier ministre, Nadir Larbaoui, en qualité de représentant du Président Tebboune. Alors qu’il était président en exercice du Sommet arabe et afin d’aider le Soudan à surmonter sa crise qui venait de commencer, le Président Tebboune avait appelé, en avril 2023, à une action commune et urgente au niveau de quatre organisations internationales : Organisation des Nations unies (ONU), Union africaine (UA), Ligue arabe et Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD).

Le Président Tebboune avait appelé à «éviter davantage d’escalade et mettre un terme aux combats entre les frères soudanais, en les amenant à faire prévaloir la sagesse et à privilégier le dialogue dans la résolution de leurs différends, tout en évitant au peuple soudanais les risques de s’engager dans la spirale de la violence meurtrière qui constitue un danger à la fois pour la paix sociale et pour le processus de règlement politique au Soudan».
L. A.