«Le changement de mode de gestion faisait partie intégrante des réformes adoptées par le secteur»

Office national des œuvres universitaires (ONOU)

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Kamel Baddari, a mis en avant, avant-hier jeudi à Alger, l’ensemble des procédures et mesures prises dans le domaine de la gestion moderne des œuvres universitaires, notamment en ce qui concerne le recours à la numérisation dans leur gestion. «Nous nous attelons à la révision de l’organigramme de l’Office national des œuvres universitaires (ONOU), dans l’objectif de l’adapter au système de décentralisation administrative», a-t-il indiqué.
S’exprimant lors d’une séance plénière à l’Assemblée populaire nationale consacrée aux questions orales, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a fait savoir, en réponse à une question d’un député, que «la révision de l’organigramme de l’ONOU vise son adaptation au système de décentralisation». Et, a-t-il poursuivi, la facilitation de la prise en charge des opérations nécessitant une exécution rapide des décisions, étant liées à la vie quotidienne de l’étudiant.
«Le changement de mode de gestion des œuvres universitaires faisait partie intégrante des réformes adoptées par le secteur dans le souci de moderniser les œuvres universitaires, de mettre un terme aux pratiques illicites et de conférer davantage de transparence à la gestion», a-t-il fait savoir.
Des marchés à la procédure négociée, a ajouté le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, ont été conclus au profit des établissements publics après les avoir soumis au Gouvernement, lesquels ont porté sur l’approvisionnement, en viandes rouges et blanches fraîches, des résidences universitaires relevant des directions des œuvres universitaires n’ayant pas été en mesure d’accomplir les procédures d’appels d’offres. Après que les opérateurs, a observé Kamel Baddari, ont renoncé au renouvellement des marchés en fin d’année financière.
Enfin, s’agissant du recrutement, le premier responsable du secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a fait cas d’une demande de mobilisation de postes budgétaires supplémentaires, soumise au ministère des Finances en vue de renforcer la formation dans certains établissements universitaires. «Le secteur poursuit la couverture des besoins des établissements universitaires sous un encadrement pédagogique de qualité», a assuré Kamel Baddari.
Au mois de juillet dernier, des assises nationales sur la réforme des œuvres sociales, déclinées en quatre axes principaux avec pour objectif la modernisation du secteur et la simplification des tâches pour l’administration et les étudiants, avaient été organisées à Alger par l’ONOU.
«Ces assises nationales ont évoqué l’ensemble des propositions déclinées en 4 axes, à l’issue des précédentes rencontres locales et régionales, à savoir, la numérisation des services, l’enrichissement de l’organigramme des œuvres universitaires, la révision des tarifs des repas et la simplification du dossier de la bourse», a indiqué le Secrétaire général (SG) du ministère, Abdelhakim Bentellis.
Faisant savoir que la politique ‘’zéro papier’’ concernera l’ensemble des inscriptions dans le secteur des œuvres universitaires, particulièrement l’hébergement et la bourse, le SG du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a assuré que la stratégie mise en place permettra de consacrer davantage de transparence et de simplifier la tâche aussi bien pour les responsables que pour les étudiants.
Rabah M.