Une valeur ajoutée pour l’économie nationale

Complexe gazier «In Salah Gas»

Le complexe «In Salah Gas» avec ses sept (7) champs gaziers situés dans le Sud du pays, revêt une grande importance économique, compte tenu de la valeur ajoutée qu’il représente pour l’économie nationale. Et ce, en termes de capacité maximale de production qui s’élève à neuf (9) milliards de m3/an, outre sa contribution au renforcement de la sécurité énergétique en Algérie.
En effet, le directeur de la joint-venture, Mohamed Charef a indiqué que cet important projet énergétique, étant le fruit d’un partenariat entre le groupe Sonatrach et les compagnies Eni (Italie) et Equinor (Norvège), comprend cinq (5) unités de production, sept (7) champs gaziers et 62 puits, dont 44 exploités, répartis sur l’ensemble de ses gisements, avec une capacité de production supérieure à 5,5 milliards m3/an et la possibilité de produire plus de neuf (9) milliards m3/an.
A travers ce complexe, Sonatrach couvre une partie importante des besoins nationaux en gaz naturel, qui constitue une ressource essentielle pour le marché européen, notamment au regard de la demande croissante sur cette énergie stratégique, a ajouté le même responsable qui a fait état d’un travail en cours pour développer les capacités de production à moyen et long termes. Au passage, M. Charef a fait savoir que Sonatrach procède au forage de deux nouveaux puits, dont la mise en service est prévue durant le deuxième semestre de l’année en cours, avec une capacité de production dépassant les deux millions de m3/jour.
Les responsables de ce projet énergétique veillent à l’application de toutes les mesures de sécurité, en vue de protéger les personnes et d’assurer la sécurité environnementale, à travers l’élaboration d’une cartographie, en utilisant les technologies de pointe, en sus des postes de surveillance et de contrôle à travers toutes les unités et l’exploitation des expertises. L’objectif est de développer les opérations de production avec des procédés propres et sûrs pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et un écosystème intégré et optimal de gestion doté d’équipements modernes en vue de signaler tout danger en cas de concentrations élevées en CO2 dans l’atmosphère, d’incendie ou d’explosion. Il convient de rappeler, que Sonatrach détenait le certificat de système de gestion de l’environnement de l’année 2001 de l’Organisation internationale de normalisation (ISO).
En outre, la compagnie nationale compte acquérir et utiliser des systèmes modernes pour se protéger contre les cyberattaques pouvant survenir et entraver le processus de production, de distribution et de transport de gaz entre toutes les unités de production. A cet égard, le directeur de l’informatique et des télécommunications du complexe «In Salah Gas», Reda Debbar a souligné que Sonatrach avait mis en place un riche programme de formation pour ses cadres, y compris ceux du complexe.
Le complexe «In Salah Gas» dispose d’un Centre de formation et d’apprentissage au gisement de Krichba (230 km au Sud d’El-Menia), chargé d’améliorer les compétences des travailleurs, de former les étudiants universitaires et d’organiser des stages continus pour les professionnels des Centres de formation professionnelle des wilayas voisines. Ainsi, plus de 1.500 personnes, dont des travailleurs, des étudiants universitaires et de la formation professionnelle, ont été formées, a fait savoir le responsable de la formation du complexe gazier, Dahmani Abdelkader.
Manel Z.