L’engagement du président de la République à préserver le caractère social de l’Etat salué

CNDH

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a salué, avant-hier lundi dans un communiqué, l’engagement du président de la République, M. Abdelmadjid
Tebboune, à préserver le caractère social de l’Etat, un principe qui restera parmi les priorités auxquelles il accorde un intérêt particulier. A l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la justice sociale (20 février), le CNDH a indiqué «suivre attentivement l’intérêt qu’accordent les hautes autorités du pays, à leur tête le président de la République et l’engagement personnel de ce dernier, pour préserver le caractère social de l’Etat qu’il a réaffirmé à maintes reprises».
Le CNDH a rappelé que le président de la République avait exhorté toutes les parties concernées à oeuvrer pour la protection du pouvoir d’achat, la préservation des emplois et la prise en charge sociale qui demeureront «parmi les priorités auxquelles nous accordons un intérêt particulier et pour lesquelles nous œuvrerons à mobiliser les ressources financières possibles, notamment au profit de la classe moyenne, les catégories à revenu limité et les couches démunies».
Le Président Abdelmadjid
Tebboune avait réaffirmé l’importance d’être à l’écoute des principales préoccupations du monde de travail «en quête d’approches efficientes permettant de consolider les acquis réalisés, et ce, par souci de veiller à la protection des droits des travailleurs et la préservation de leurs acquis socio-
professionnels», a ajouté le CNDH.
Le CNDH a passé en revue les acquis réalisés dans le cadre des efforts de l’Etat en matière d’amélioration du cadre de vie du citoyen algérien et préserver le caractère social de l’Etat.
Ainsi, le caractère social de l’Etat figurait parmi les principes annoncés dans la Déclaration du 1er Novembre et a été réitéré dans les différentes constitutions successives de l’Algérie indépendante. Et au vu de son importance extrême, cette question a été introduite dans les dispositions intangibles de la Constitution.