Les mises en garde de la Jordanie

Poursuite du génocide sioniste contre Ghaza pendant le Ramadhan

La Jordanie et par la voie du ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi a averti, dimanche, que la poursuite de l’agression sioniste contre la bande de Ghaza à l’approche du mois sacré de Ramadhan «exposerait la région au risque d’étendre la guerre».Lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue bulgare Mariya Gabriel, en visite à Amman, le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi a déclaré que «la poursuite de l’agression (contre Ghaza) dans ces circonstances, au début du mois de Ramadhan, placera la région entière face au danger d’une expansion de la guerre et d’une explosion du conflit régional». Il a ajouté que «chaque jour qui passe alors que la guerre se poursuit, augmente le risque qu’elle s’étende et le nombre de victimes». La ministre bulgare a, quant à elle, exprimé la «préoccupation» de son pays face à la situation humanitaire dans la bande de Ghaza. Le bilan de l’agression génocidaire sioniste, lancée le 7 octobre 2023 contre la bande de Ghaza, s’est élevé dimanche à 29.692 martyrs et 69.879 blessés, en majorité des femmes et des enfants. L’agression sioniste contre Ghaza a poussé 85% de la population du territoire au déplacement interne dans un contexte de graves pénuries de nourriture, d’eau potable et de médicaments, tandis que 60% des infrastructures de l’enclave ont été endommagées ou détruites, selon l’ONU. Le président de l’État de Palestine, Mahmoud Abbas, a rencontré dans la capitale jordanienne, Amman, le roi de Jordanie Abdallah II, en présence du prince héritier Hussein bin Abdullah.
Au cours de la réunion, le président Abbas, passé en revue les derniers développements sur la scène palestinienne et les contacts en cours avec toutes les parties, pour mettre immédiatement fin à l’agression israélienne contre le peuple Palestinien, et acheminer l’aide humanitaire dans la bande de Gaza, en particulier au nord de la bande, ce qui est exposé à une véritable famine.
Le Président palestinien a réitéré son rejet du déplacement de notre peuple palestinien, soit dans la bande de Gaza ou en Cisjordanie, y compris Al Qods.
Le Président Abbas, a souligné que la bande de Gaza fait partie intégrante de l’État palestinien et relève de sa responsabilité et de son administration, ajoutant qu’elle n’est pas possible d’accepter ou de traiter les projets de l’occupation visant à la séparer. Le Président a souligné à la nécessité de mettre fin aux crimes et aux opérations de nettoyage ethnique lancés par l’armée d’occupation et les colons terroristes contre le peuple Palestinien en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, ainsi que la nécessité de libérer les fonds palestiniens détenus.
Le président Abbas, a parlé des attaques quotidiennes contre la ville de Jérusalem et ses lieux saints, mettant en garde contre l’intention de l’occupation israélienne d’imposer des restrictions à l’entrée des fidèles dans la mosquée Al-Aqsa pendant le mois sacré du Ramadan, soulignant la nécessité pour chacun de s’engager à préserver le statut historique et juridique des lieux saints islamiques et chrétiens et adhérer à la tutelle hachémite.
Abdelmalek T/ Agences