«Elles auront lieu en temps tel que prévu par la Constitution»

Elections présidentielles en Algérie :

Par le biais de l’agence presse service (APS), l’Algérie a tenue à apporter un démenti catégorique aux rumeurs faisant état de l’ajournement des élections présidentielles prévues au mois de décembre prochain. « Les élections auront lieu en temps tel que prévu par la Constitution et ce, par respect pour la Constitution et pour le peuple algérien seul détenteur de la souveraineté ».
En effet, tout a commencé par un discours de M. Abdelkader Bengrina, Président du mouvement ‘’El Bina’’ qui, dans son allocution devant les militants de son parti, a évoqué l’éventualité d’un report des prochaines élections présidentielles.
Ce dernier qui s’est exprimé lors de l’ouverture du colloque des élus et des cadres des régions Centre de son parti a évoqué l’éventualité d’un report des élections prochaines élections présidentielles.
«Nous devons nous préparer pour les prochaines échéances électorales, notamment les élections présidentielles, bien sûr si toutefois, elles ne seront pas renvoyées pour des raisons qui, éventuellement, nécessitent son report». Nous avons donné ici, les déclarations de M. Abdelkader Bengrina tenues lors de l’ouverture de sa rencontre avec les militants et les cadres centraux de son parti.
A ce même sujet, le président du Parti ‘’El Bina’’ devait ajouter, je cite : «Comme vous le savez autant que moi, un pays africain qui est le Sénégal a annoncé l’ajournement des élections présidentielles». Cet état de fait a profité à une chaîne de télévision proche du parti dissous et qui diffuse ses programmes à partir de la Grande Bretagne de faire de ce sujet son «Cheval de bataille».
La chaîne en question dont le propriétaire n’est autre que le fils du président du parti dissous (FIS) consacre la quasi-totalité de ses programmes à dénigrer et à porter préjudice à l’Etat algérien. Relatant l’intervention de M. Abdelkader Bengrina au sujet du possible report des prochaines élections présidentielles, les journalistes et leurs différents invités sur le plateau de cette chaîne ont tiré à boulets rouges sur le Gouvernement algérien, l’accusant de tous les maux. «Les déclarations de M. Abdelkader Bengrina sur l’éventuel report des prochaines élections présidentielles ont été dictées par des hauts responsables au pouvoir», ont-ils fait savoir. Les dirigeants de cette chaîne de télévision en question, qui ont toujours démontré leur hostilité et leur haine envers l’Etat algérien, n’ont pas manqué d’accuser le Gouvernement de vouloir créer des faux arguments afin de reporter les prochaines élections présidentielles. Cette chaîne de télévision n’est pas la seule qui a profité des déclarations de M. Abdelkader Bengrina au sujet d’un éventuel ajournement des prochaines échéances électorales.
Plusieurs autres organes de presse à l’étranger, journalistes et hommes politiques connus pour leurs hostilités et leurs rancœurs envers l’Etat algérien, ont longuement profité de cet état de fait pour «verser leurs venins» sur les dirigeants du pays. En réponse à ces ‘’brebis galeuses’’, l’Algérie, et par le biais de l’Agence officielle de presse (APS), a apporté un démenti catégorique à ces fausses informations et allégations mensongères.
«Un conseil d’ami, tournez-vous vers les lobbys et les personnes qui vous dirigent et qui vous veulent que du bien. Tournez votre regard ailleurs plutôt vers un royaume au lieu d’El Mouradia», a écrit l’APS en réponse aux médias et aux personnalités politiques auteurs de ces fausses informations mensongères.
A ce même sujet, la même Agence a ajouté : «Les élections auront lieu en temps tel que prévu par la Constitution et ce, par respect pour la Constitution et pour le peuple algérien, seul détenteur de la souveraineté». En plus de l’APS, plusieurs chefs de partis politiques et organisations non gouvernementales ne sont pas restés les bras croisés. Ces derniers ont tout d’abord commencé par montrer un doigt accusateur sur le premier responsable du mouvement ‘’El Bina’’, l’accusant d’être à l’origine de ces informations mensongères qui a profité aux «Ennemis» du pays de tenter de semer la «zizanie» au sein du peuple algérien.
Ces derniers ont déclaré que la bévue du président de mouvement ‘’El Bina’’ n’est pas la première du genre indiquant qu’il était à l’origine de plusieurs sorties médiatiques troublantes qui ont causé des divergences avec certains pays.
Moncef Redha