Le secteur poursuit ses efforts en matière de transition numérique

Education 

Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belaabed a affirmé, vendredi à Alger, que son secteur poursuivait ses efforts en matière de transition numérique et œuvre actuellement à la concrétisation de 10 projets avant la fin de juin 2024.Présidant l’ouverture d’un colloque national sur «l’évaluation périodique de la transition numérique dans le secteur de l’éducation nationale», M. Belaabed a précisé que le ministère s’emploie à «poursuivre le processus de transition numérique avec une intégration plus profonde et une adoption des technologies futures», à l’instar de la réalité virtuelle et de l’utilisation de l’intelligence artificielle.Le ministre a fait savoir, également, que son secteur œuvrait actuellement à «la concrétisation de 10 projets avant la fin de juin prochain». Il s’agit, entre autres, de «la numérisation des inscriptions à distance des enfants âgés de 6 ans en première année primaire, ce qui permet le recensement des enfants non scolarisés à travers l’interconnexion avec le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, de la numérisation de l’orientation et de la réorientation des élèves et des procédures d’octroi d’agrément pour les écoles privées, et de la création d’une école virtuelle internationale qui vise à préserver les éléments de l’identité nationale à l’étranger, en sus d’un système d’aide à la prise de décision et de notification des parents de l’absence et des résultats de leurs enfants», a-t-il ajouté.M. Belaabed a rappelé, à ce propos, que la numérisation du secteur a pris «son envol à partir de fin 2021, et ce en droite ligne avec le programme du président de la République et de la stratégie nationale de numérisation qui a défini les objectifs, classé les priorités, donné les moyens et fait de ce dossier un dossier d’Etat et non un dossier sectoriel», a-t-il dit.Il a en outre souligné que l’opération se fait avec l’accompagnement des partenaires institutionnels, à leur tête, le Haut-Commissariat à la numérisation, lequel se charge de la conception de la stratégie nationale de numérisation, en concertation avec les secteurs concernés, le secteur économique et la société civile, tout en assurant le suivi de la mise en œuvre de cette stratégie, en vue de concrétiser la souveraineté numérique. Relavant, par ailleurs, que le ministère a adopté «l’approche participative» à ce colloque, en associant les partenaires institutionnels et sociaux, le ministre a affirmé que le but était de «soumettre les propositions et observations, en vue d’introduire les rectificatifs nécessaires à l’amélioration des services du secteur, à travers son système informatique, et feront par la suite l’objet d’examen et de débat en séances programmées à cet effet». Ce colloque qui s’est déroulé en présence du ministre de la Poste et des Télécommunications, Karim Bibi-Triki, du Haut-Commissaire à la numérisation, Mme Meriem Benmouloud et du Conseiller du président de la République chargé de l’éducation, de l’enseignement supérieur, de la formation professionnelle et de la culture, Mohamed Seghir Saadaoui, a été l’occasion pour signer deux conventions entre le ministère de l’Education nationale et le ministère de la Poste et des Télécommunications, représenté par Algérie télécoms (AT).