Appel au président des Etats-Unis

Palestine occupée

 

Les Etats-Unis mettent en action leur puissance pour appuyer la politique d’occupation d’un autre pays, qui fuit depuis 1947 la résolution 181, qui a instauré la «solution à deux Etats», la Palestine et Israël.

Israël est créé en 1948, mais l’Etat Palestinien n’existe toujours pas, soit depuis 76 ans. Pourquoi ?
Les Résolutions sont nombreuses qui instituent la solution à deux Etats, un peuple est libre et un autre n’a pas le droit de l’être, n’a pas le droit d’exister ? Et pourtant, cela émane d’une même organisation, l’Organisation des Nations unies (ONU) créée principalement après les affres et l’injustice de la Seconde Guerre mondiale, dont les Etats-Unis d’Amérique en sont les principaux artisans, avec ensuite un plan Marshall pour aider les autres pays à sortir de la misère.
Bref, le Proche-Orient pour n’avoir pas été pris en charge, pour avoir négligé gravement la création de l’Etat palestinien depuis 1948, à ce jour, 2024, soit depuis 76 ans, vit aujourd’hui une tragédie sans fin.

Quand le peuple Palestinien réclame ses droits, on le bombarde, on lui tire dessus !
Il est stipulé dans la Charte des Nations unies, une indépendance, une liberté à tous les peuples de ce monde, où il est écrit que chacun est libre.
Et comme disait un jour Abraham Lincoln : « Celui qui ne reconnaît pas la liberté de l’autre ne mérite pas d’en jouir lui-même». Si les palestiniens avaient eu leurs droits comme convenu en 1948, au même titre que les Israéliens, comme indiqué par la résolution 181, les guerres qui ont suivies, telles en 1956,1967,1973, et peut-être celles aussi qui ne devraient pas se produirent, c’est-à-dire celles de 1991 contre l’Irak et de 2003 qui ont anéanti et occupé ce pays, et la mort de son président, président à qui on a fait connaître le plus triste sort, le lynchage un jour de fête et la mort atroce d’innombrables personnes par le manquement brutal d’une restriction financière et alimentaire. Sans compter les attaques militaires. Où étaient les droits de l’homme, où était la justice ?
Revenons à la Palestine, c’est-à-dire à la même région où se concentre les méfaits de l’humanité, des milliers de civils, de femmes, d’enfants ont péri hors des attaques israéliennes ainsi que la destruction des habitations et des morts. Des agressions qui sont totalement disproportionnées, entre les uns et les autres, vu une totale impunité et un total soutien. Humainement, cela est inacceptable ; et sur le plan du droit international, toute vie humaine à sa valeur. Cela est inscrit dans la Charte des Nations unies, cela est inscrit dans toutes les constitutions des pays du monde.

Mais hélas, les Palestiniens en sont exclus. Exclus dans leurs propre pays, exclus de par le monde !
Dieu a créé la vie qui mérite d’être vécue et non être abrégée ; c’est cela la sacralité de l’être humain. Les grandes puissances, le conseil de sécurité, principalement les membres permanents ont entre les mains (à part l’extrême puissance du Créateur) la responsabilité du monde, dont ils usent parfois à leur guise, dont par exemple, le droit de veto, qui parfois est utilisé pour l’intérêt d’un seul et unique Etat et au détriment des autres.
Ce droit de veto est contraire aux intérêts de la majorité, il serait utile de le remplacer par une majorité simple plus démocratique. Les Etats-unis sont une grand puissance dans le monde, la plus forte, tant sur le plan de l’économie, de l’industrie des finances et aussi militaire. Mais hélas, pas puissance morale, pas puissance en matière de la justice. Pourquoi ?
Parce qu’elle s’est permis d’attaquer par exemple le Vietnam pour changer un régime politique, après une lutte acharnée et des dégâts humains et matériels, finalement le Vietnam retrouve la voie choisie, des pertes aussi inutiles que lourdes.
Puis l’Amérique s’est permise d’attaquer l’Irak en l’envahissant en 1991, puis en 2003, sans raison valable, pour la soi-disant raison que ce pays allait posséder l’arme atomique.
Le peuple Irakien a subit un lourd tribut, suite à l’embargo et l’occupation, et par la suite connu la fin des plus inhumaine.
La force d’une nation, nous pensons, c’est la justice et la légalité qu’elle défend, c’est de droit et la loi qu’elle respecte. Pour n’avoir pas respecté les résolutions 181, 242,338, et celles qui ont suivi l’ONU est devenu moralement inexistante et risque de rejoindre la défunte SDN.
Parce que beaucoup de ses résolutions sont inappliquées, principalement celles concernant le Proche-Orient. La Palestine parce que la justice, le respect du droit n’excitent pas. Le droit de veto des cinq membres permanents bloque les décisions des autres membres du conseil de sécurité. Ce système est injuste et non démocratique, bloque la volonté des 14 autres membres, c’est-à-dire un seul membre permanent « verrouille » toute décision. Mais alors où est l’équité ? Où est la justice ? Où sont les droits de l’homme ? Où se trouve la faculté à disposer d’eux-mêmes ? Nulle part.
Depuis le 7 octobre 2023 à ce jour, ça fait 8 mois environ, pas moins de 3 veto sont dressés par l’Amérique, ce qui bloque totalement toute initiative d’arrêt de cette hécatombe meurtrière.

Tous les jours, l’Etat hébreu tue des Palestiniens !
Il les tue d’une manière atroce, dans les hôpitaux, dans leurs maisons, dans leur tentes, il élimine les enfants et les femmes, il bloque leur ravitaillement, leur médicament, tous ce qui est utile à leur vie de tous les jours. Et si nous devons aller loin, très loin dans le temps, ce serait des cousins, les descendants des fils d’Abraham. Mais quelle connotation reste-t-il à cette filiation aujourd’hui ?

Les valeurs d’antan n’existent plus
Et pourtant elles devraient exister car elles sont l’apanage et le lègue de nos aïeux. Elles sont en quelque sorte l’héritage de notre humanité.
Mais quand la politique s’en mêle, les choses changent, quand les êtres vivants manquent d’humanité les choses vont mal.
Les israéliens manquent atrocement d’humanité.
Et c’est ce qu’ils ne cessent de démontrer depuis de long mois.
Et c’est ce que permet le Conseil de sécurité en mettant son veto par plusieurs fois. Cela perpétue la tragédie de peuple palestinien.
L’Amérique doit se ressaisir, rejoindre sa place première, c’est-à-dire chercher la paix et la sécurité dans ce Proche-Orient tourmenté par ce long conflit.
La solution n’est pas compliquée : il suffit de revenir à l’application de la résolution 181, 242, 338. L’application est déjà faite pour l’Etat d’Israël depuis 1948. Reste à le faire pour la Palestine qui l’attend depuis 76 ans.

H. Saïd
O. Lakhdar