Réactivation du FDATIC et création d’un orchestre symphonique international

Annonces de Soraya Mouloudji pour 2025

La ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, a annoncé, samedi à Alger, la décision du président de la République de réactiver le Fonds national pour le développement de l’art, de la technique et de l’industrie cinématographique et de la promotion des arts et des lettres (FDATIC) dans le cadre de la loi de Finances 2025, outre la création dans le cadre de l’implication de la communauté nationale à l’étranger, d’un orchestre symphonique international au service du rayonnement culturel en Algérie.Lors de la cérémonie de remise des prix aux lauréats des différentes catégories de la 18e édition du prix du président de la République pour les jeunes créateurs «Ali Maachi», qui coïncide avec la Journée nationale de l’artiste, au Centre international de conférences (CIC) Abdelatif-Rahal (Alger), Mme Mouloudji a annoncé «la décision judicieuse du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, de réactiver le FDATIC dans le cadre de la loi de finances 2025», affirmant que «cela reflète l’intérêt qu’il accorde à la scène culturelle et artistique dans notre pays, et son attachement à répondre aux attentes et aspirations des cinéastes et artistes algériens». Ce fonds avait été fermé à la fin de l’année 2021, a-t-elle rappelé.
Lors de cette cérémonie présidée par le Premier ministre, Nadir Larbaoui, chargé par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, la ministre a évoqué les différents acquis obtenus dans le secteur, notamment dans les domaines de l’écriture, du patrimoine, du cinéma, du théâtre et autres formes d’arts expressifs.
Elle a estimé que ce qui a été réalisé traduit «l’intérêt des dirigeants politiques de notre pays, à leur tête le président de la République, pour ce projet culturel intégré, permettant à notre pays d’accéder au niveau requis sur le plan international, ajoutant que cette démarche nous impose, aujourd’hui, de redoubler d’efforts pour concrétiser ce projet national ambitieux, en tenant compte des nouveaux enjeux et défis majeurs auxquels notre pays fait face, tant au niveau national, régional qu’international».
Evoquant l’implication de la communauté nationale à l’étranger dans la chose culturelle, en application des instructions du président de la République, la ministre a annoncé «la création de l’Orchestre symphonique international d’Algérie avec la participation de musiciens algériens établis à l’étranger et de musiciens des plus grands orchestres du monde, lequel sera chargé de promouvoir la musique algérienne dans les fora internationaux et le monde entier».
A cette occasion, un hommage a été rendu à la troupe artistique du FLN et un exemplaire symbolique du livre «Etoiles de la Révolution en marche de gloire» a été remis au Premier ministre par le moudjahid Mustapha Sahnoune et la moudjahida Halima Zarkaoui et ce dans le cadre des instructions du président de la République pour la réalisation de la biographie de la troupe artistique du FLN «en reconnaissance de son rôle pionnier dans la glorieuse guerre de Novembre et de sa lutte pour la patrie», a déclaré la ministre.
Les premiers prix ont été attribuées à Amouadj Douas et à Fatima Gharbi (roman), à Seif-Eddine Ben Dar (interprétation théâtrale), à Choaib Kouki (dramaturgie), à Mansour Touahria (musique), à Nia Mohamed Lamine (chorégraphie), à Maghith Mohamed Larbi Benothmane (arts plastiques) et à Youssef Debihi (cinéma et audiovisuel).
Les deuxième et troisième prix ont été décernés à Lyes Laarafa et Gharbi Abdelbasset (roman), à Abdelmonaim Amer et Khadidja Debba (poésie), à Asma Chikh et Belahcene Yamna (interprétation théâtrale), et à Walid Abdelahi et Hanane Maachou (dramaturgie).
Dans la catégorie oeuvres musicales, le prix a été décroché par Taleb Yanis et Zakaria Zajlou et dans la catégorie dance, à Khaled Gourinat et Yasmina Tinhinane Hadi. Dans la catégorie des arts plastiques, la deuxième place est revenue à Mehdi Milat et la troisième à Abdelkrim Bougrit. Pour la catégorie cinéma et audiovisuel, les prix ont été attribués à Oussama Khemadj et Louai Ouksil.
Les lauréats du prix «Ali-Mâachi» ont exprimé leur fierté d’avoir remporté ce prix décerné par le président de la République aux jeunes créateurs, affirmant que cette victoire les encourage à innover et à travailler davantage dans les domaines des arts, de la culture et des lettres.
La lauréate du premier prix dans la catégorie Roman, Douas Amouadj, a souligné avoir réalisé son rêve de décrocher ce prix, et qu’elle se sentait, après cette distinction, «plus engagée et déterminée à fournir davantage d’efforts en matière d’écriture romanesque».
Le Premier ministre, M. Nadir Larbaoui a procédé à la remise des prix aux lauréats de chaque catégorie.
La cérémonie de remise des prix s’est déroulée en présence du Conseiller du président de la République chargé de l’Education, de l’Enseignement supérieur, de la Formation professionnelle et de la Culture, Mohamed Seghir Saâdaoui, de représentants des présidents de l’Assemblée populaire nationale (APN) et du Conseil de la nation et des figures de la scène artistique et culturelle.
Le jury, présidé par l’universitaire et écrivain Waciny Laredj, était composé de romanciers, de poètes, d’académiciens et d’artistes.
R.C