espace pub
Infos en ligne:
  • 5500 milliards de centimes alloués à la réfection et à la restauration du vieux bâti à Alger ...

  • Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes ...

  • Le Cameroun privé de l'organisation du tournoi, un appel à candidature sera lancé ...

  • L'Algérien Berraf nouveau président ...

  • "le gouvernement a réussi à mettre en place des mesures efficaces aux problèmes économiques et financiers" ...

  • Qualification laborieuse pour le «Doyen» ...

  • Naples s'est imposé 3-1 sans grande difficulté mardi face à l'Etoile Rouge Belgrade ...

  • Vers la réalisation de 50.000 logements en 2019 ...

  • M. Guitouni appelle les communes à rationaliser la consommation de l’énergie ...

  • L'ambassadeur britannique salue l'appel de l'Algérie à la réactivation de l'UMA ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6332 - Dimanche 16 Décembre 2018

L’Algérie avant tout…

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Un élément surdoué, un génie, balle au pied, c’était le meilleur du championnat de France de première division avec Brest. De nature calme que ce soit sur un terrain de football qu’en dehors, Karim était incontestablement l’un des meneurs de jeu, le plus intelligent du football professionnel d'outre- mer, il avait une technique plus que parfaite.

Son tir, sa puissance et sa pureté étaient un régal pour les yeux. Karim Maroc pratiquait un football moderne avec une rapidité fantastique. Balle au pied, il était indispensable au sein de son équipe. Il était devenu un personnage central au sein de sa formation même si par moment, on n’a jamais voulu l’admettre car modeste. Il ne voulait pas d’un rôle déterminé mais force est de reconnaître qu’il savait tout faire avec le ballon : le conserver. Efficace, il savait le transmettre à son coéquipier à dix ou trente mètres avec une précision diabolique. Là où il est passé que ce soit à Lyon, Tours, Brest ou Montpellier, il était devenu le chouchou des supporters ainsi que de ceux des Vert et Blanc. Karim Maroc avait une intelligence vive car il arrivait à influencer tous ses coéquipiers par son aisance et sa maestria. C’était un artiste de la balle ronde qui méritait beaucoup mieux que les formations où il a jusque-là évolué, des équipes guères ambitieuses qui cherchaient surtout le maintien. Il était un technicien de haut gamme, distributeur hors-pair. Doté d’un tir foudroyant des deux pieds, Khalef Mahieddine l’a retenu dans l’effectif du onze algérien alors qu’il n’avait que 24 ans pour affronter le Pérou à Alger en date du 25 avril 1982. Il y restera en sélection jusqu’à l’âge de 27 ans puisqu’il continua d’être convoqué parmi les verts sous la houlette de Saâdane et Mokdadi. Karim a porté le maillot national plus de treize fois et marqué un seul but. Il est l’un des rares meneurs de jeu à user d’accélérations variables qui surprennent les défenses adverses. Très technique et doté d’une bonne vision de jeu, un battant en quelque sorte il était toujours à l’affût de l’erreur adverse. Les connaisseurs du football algérien attendaient son éclosion lors du Mondial mais pour des raisons subjectives au sein du staff technique, ils ont fait qu’il soit écarté de l’effectif et de là, Karim fut déçu de cette situation injuste à son égard mais cela ne l’a pas empêché tout de même d’aimer son pays, et il a continué à le faire jusqu’à aujourd’hui. Maroc Karim quitte Brest pour aller vers Montpellier où il a retrouvé Mansouri Fawzi, son coéquipier de toujours en Equipe nationale. Là aussi, il ne s’attendait pas avec ses dirigeants et la Fédération algérienne de football devant les échéances de la coupe du monde et d’Afrique, il s’est vu obliger de racheter son contrat. Karim fut vite adopté par le public sportif algérien, qui lui vouait un très grand respect et beaucoup d’estime car en aucun cas, il n’a été sifflé sur un terrain de football. Il s’était reconverti en entraîneur de football puisqu’il avait drivé la JS Bordj Ménaiel avant de devenir le coach national des petites catégories. Depuis, aucune trace de lui dans le milieu sportif, mise à part un petit passage au ministère de la Jeunesse et des Sports en tant que conseiller. Il demeure vivace dans les esprits des sportifs algériens. Bravo l’artiste…

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

54.000 déclarations d'élus locaux et plus de 6000 de hauts fonctionnaires

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub