Quotidien d’information indépendant - n° 4915 - Mercredi 16 Avril 2014

Un patrimoine historique à sauver

Après la mort de Mohamed Bey qui fut le 7e à diriger le Beylicat du Titteri avant d'être étranglé sur ordre du Pacha Hadj Ali, c'est le Bey Boumezrag qui lui succédera et qui reprendra sa demeure, jusqu'à l'arrivée des Français.

Durant l'occupation française, c'est l'Emir Abdelkader qui reprendra le domicile, jusqu'à sa capitulation. L'entrée du musée est une grande cour au centre de la l'établissement où est aménagé un beau jardin. Le conservateur du musée, Boualem Belachehab, indiquera que le musée a été rénové en vue de mettre en valeur l'artisanat algérien. Pour ce faire, une chambre dédiée aux traditions ancestrales a été aménagée dans le musée et regroupe un ensemble d'arts et métiers ancestraux tels que le tissage, le roulage du couscous, la couture et la poterie. Culture, art et religion Plus loin dans le musée, on retrouve un espace consacré aux personnalités artistiques qui ont marqué la région telles que le musicien Mahboub Bati, l'homme de théâtre Hassan Hassani et l'artiste pluridisciplinaire Mahboub Stambouli. Une aire pour les personnalités administratives et religieuses qui ont gouverné à Médéa est aussi mise en avant avec les objets personnels de ces derniers. Les différents muftis qui ont séjourné à Médéa étaient cheikh Mustapha Fekhar de 1892 à 1979, cheikh Fodhil Skander de 1901 à 1982 et cheikh Brahim Ben Dali de 1907 à 1957. Il est à rappeler que le mufti Fodhil Skander a été un élève de cheikh Mahmoud Stambouli qui fut lui-même un élève de Bensmaya et de l'érudit Mohamed Bencheneb, le premier bachelier du monde arabe auquel une statue a été dédiée. L'Emir Abdelkader a pris une bonne place dans cet ensemble d'espaces artistiques, une salle en son honneur a été totalement aménagée avec un ensemble d'objets qui lui ont appartenu, à savoir ses épées et ses armes de combat, son Coran, son journal intime, sa monture et ses plumes d'écriture. On découvre également dans le musée, un espace mettant en avant les tenues et costumes traditionnels algériens tels que hayek mremma, seroual elqaâda, robe kabyle, burnous, etc.  Le musée est aussi composé d'un espace féminin où un ensemble de bijoux algériens d'époques différentes sont exposés avec des habits traditionnels du genre kaftan, karakou... En plus des espaces consacrés à l'histoire algérienne et aux traditions, un atelier est réservé aux enfants afin qu'ils puissent s'initier à toutes formes de travaux comme le jardinage, le bricolage, la peinture, le dessin et le recyclage. Durant la période des dernières vacances, les enfants se sont familiarisés avec les concepts de la sauvegarde de l'environnement et ont appris  à réutiliser les emballages en tous genres pour en confectionner des objets artistiques.   La visite du musée s'achève au niveau de la bibliothèque qui englobe des livres de différentes catégories, notamment de littérature, sciences, arts, histoire et dictionnaires en tous genres. Prochainement, le musée compte ouvrir ses portes aux artistes qui veulent mettre en valeur leur art avec une salle d'exposition qui est mise  à leur disposition pour promouvoir l'art dans la région de Médéa.

Hamid Sahnoun

Retour
Imprimer
Envoyer
Partager
exemple