espace pub
Infos en ligne:
  • Plusieurs axes routiers demeurent coupés à la circulation ...

  • Des éleveurs réclament le vaccin contre la peste des petits ruminants ...

  • L'Egypte hôte de la 32e édition ...

  • La Guinée accepte d'accueillir la CAN-2025 au lieu de celle de 2023 ...

  • CR Village Moussa sanctionné de 2 matchs à huis clos ...

  • le président de la CAF dévoilera le nom du pays hôte le 9 janvier ...

  • Chelsea s'intéresse aux services du défenseur international algérien de Naples ...

  • Ouverture en janvier prochain de la période hivernale des soldes2019 ...

  • Le ministère de la Santé rassure sur la disponibilité de la Vitamine D3 auniveau de la PCH ...

  • Le déficit dépassera les 600 milliards de DA en 2019 ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6359 - Samedi 19 Janvier 2019

Le lycée Chafaï, la fierté de la ville

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Pour ceux qui ne le savent pas, la réalisation du projet de construction du lycée Chafaï de Bordj-Ménaïel dans les années 1970 a été l’œuvre d’un combat au quotidien d’un honnête homme, Amara Ahmed en l’occurrence.

Il était directeur de collège et en même temps premier président élu de l’APC de Bordj-Ménaïel, dans les années 1968. En sa qualité de directeur d’établissement scolaire, il ne pouvait supporter la déperdition scolaire à cause de l’inexistence d’un lycée et le peu d’élèves qui avait la chance de poursuivre leurs études secondaires devaient rejoindre soit le lycée Amirouche de Tizi-Ouzou soit le lycée technique de Dellys, car territorialement la localité de Bordj-Ménaïel faisait partie intégrante de la wilaya de Tizi-Ouzou. Incontestablement, le lycée Chafaï, qui porte le nom d’un chahid de la région, est intimement lié au personnage qu’est Amara Ahmed, celui que l’on appelait Monsieur le directeur une fois au collège et Monsieur le maire dans l’enceinte de l’APC. Il ressort des entretiens que nous avons eus que peu de jeunes connaissent l’homme qu’il était mais d’autres se souviennent d’un homme doté d’une forte personnalité et d’une grande intelligence, d’une fermeté qui ne faisait pas de différence entre les riches et les pauvres. Son sens de l’équité était également apprécié, il ne pouvait être autrement de la part d’un homme qui n’avait jamais renié ses origines rurales étant donné qu’il portait le fameux pantalon maâda. Amara Ahmed s’était juré que la construction d’un lycée à Bordj-Ménaïel serait une affaire personnelle et qu’il mènerait un combat juste et légitime. D’ailleurs, il avait raison le monsieur dans son objectif. Il n’échappe à personne aujourd’hui que le lycée Chafaï considéré comme étant le doyen des établissements secondaires dans la wilaya de Boumerdès est devenu en quelque sorte la fierté de la ville de Bordj-Ménaïel, réaliser un lycée dans les années 1970 relève de l’utopie, c’était quelque chose d’inimaginable. Au-delà du prestige, des résultats probants ! Eh oui, c’est toute la clairvoyance d’un homme au service de sa ville de la culture et de la jeunesse et à l’émergence d’un taux élevé de réussite dans le secteur de l’éducation sans toutefois manquer de citer que le lycée Chafaï a produit d’imminents médecins à l’image de Tafat Bouzid, Mansouri, Almem Ramdane, Hamid Achour, Aïchaoui, Aïchaoui Abdennour, Naïli Tahar, Sahri Rachid (chercheur et médecin cardiovasculaire), Zeboudj, enseignant à la Sorbonne, Omar Fetmouche, homme de théâtre, Fodil, Sahri Mustapha, architecte, Touïleb (architecte), Bournissa, psychologue. Ils ou elles sont des centaines si ce n’est des milliers à avoir décroché le sésame de fin d’études, le baccalauréat, qui ouvre la porte aux études universitaires. Actuellement, les professeurs qui enseignent au sein du lycée Chafaï sont le pur produit de cette école à l’image des Badir M’hamed, Charane Rabah, Beddou, Rebihi, Ouaâd, Nafaâ Mahiout, Mme Aït Tahar, Zerrouki, Djellad et autres, il doit être clair a priori que l’homme (Amara Ahmed) qui une décennie auparavant voyait en la construction d’un lycée le symbole d’une ville futuriste et belle, hier élèves, aujourd’hui enseignants : l’éducation nationale est la pierre angulaire, qui a permis le développement culturel sous toutes ses formes : L’éducation, l’enseignement et la culture ont un rôle particulièrement important à jouer dans le développement de la personnalité nationale et de l’identité collective ainsi que pour créer une société équilibrée dans laquelle chaque citoyen joue son rôle parfaitement. Sur ce point et sans risque de se tromper, nous pouvons dire que les enseignants professeurs du lycée Chafai sont le pur produit de cet établissement. Hier c’étaient des élèves, aujourd’hui ils sont devenus des enseignants. Même le staff administratif, surveillants, censeur, à l’image de Farid Boumzar, Fekkar Chelil (surveillant général) de Brahim Djouab de Tafat, Bouzid Khaled, professeur de sport, de Allel Mandi prof de mathématiques, de Omar Lalaoui sont concernés. Sans oublier Sahri Youcef, directeur des études, un imminent stratège qui connaît parfaitement la boîte et qui se rappelle des anciens élèves tels que les médecins Amar Sid Rouhou et sa regretté sœur, Sid Rouhou Hamid, architecte et des centaines de cadres haut placés dans divers secteurs. Le médecin inspecteur Ouzeriat Boualem, docteur Necham Ahmed, le professeur en médecin Chibane Boumzar. Les objectifs du lycée Chafaï pour le futur ? Laïb Ali a été nommé proviseur du lycée Chafaï de Bordj-Ménaïel cette année, un choix fait par le ministère de l’Education qui est quelque chose de bénéfique car établissement avait besoin d’une meilleure gestion et d’une bonne prise en charge afin de redorer le blason terni de jadis. Il fallait donc confier cette charge à une personne choisie non seulement pour ses connaissances mais aussi pour son sens du devoir. Laïb Ali fait partie de cette génération d’éducateurs intégrés et compétents. Depuis son installation grâce à l’enthousiasme et au dévouement dont il est animé, il a pu, en collaboration avec les enseignants et le corps administratif, contribuer à une timide remise en marche du lycée. C’est un responsable modèle non seulement pour les élèves et les enseignants mais aussi pour son environnement social. Il compte grâce à l’aide de Mme Saheb Tassadit, directrice de l’éducation de la wilaya de Boumerdès, remettre les pendules à l’heure pour que le lycée Chafaï redevienne comme avant un pourvoyeur de grands intellectuels. Laïb Ali, proviseur, Sahri Youcef, directeur des études professeurs, administrations, tout le monde est concerné.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Chute de neige a constantine

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub