Infos en ligne:
  • 15 lycéennes évacuées à l'hôpital à cause d'une application via internet ...

  • Le MAE dément les informations "alarmistes" diffusées sur les réseaux sociaux ...

  • La future raffinerie produira 5 millions de tonnes ...

  • Saisie de plus de 4,5 quintaux de kif traité ...

  • Convention CPA-Sovac pour le financement du projet Volkswagen ...

  • Attente de l'amélioration des conditions météorologiques pour remorquer un navire échoué ...

  • M. Babouche Alleche désigné Directeur général par intérim d'Air Algérie ...

  • Les inscriptions au tirage au sort débuteront jeudi ...

  • L’usine algérienne d’Alstom risque la fermeture ...

  • Huit ministres candidats aux législatives du 4 mai ...

Quotidien d'information indépendant - n° 5785 - Lundi 27 Février 2017

«720 millions de dollars pour la restructuration d’El-Hadjar»

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

La reprise en main des activités du complexe sidérurgique d’El-Hadjar, détenu jusqu’alors par le conglomérat indien Arcelor Mittal, «n’est ni une opération de renationalisation ni de nationalisation», a déclaré, hier, le PDG du groupe Imetal, Kamel Djoudi, annonçant une enveloppe de près de 720 millions de dollars pour la restructuration d’El-Hadjar.

Lors de son passage à l’émission «l’Invité de la rédaction» sur les ondes de la Chaine lll de la Radio nationale, le PDG du groupe Imetal a insisté sur le fait que l’Etat n’est pas impliqué dans cette opération, et qu'il n'a nullement l’intention de vouloir «réinstaurer un système de monopole». Le programme d’investissement relatif à cette opération a été, dit-il, «négocié avec les banques, et inclus des apports d’actionnaires et n’a nécessité le versement d’aucun sou». Il y a une enveloppe qui a été négociée et qui est aujourd’hui, a informé Djoudi, à la disposition d’El-Hadjar, à peu près de 720 millions de dollars. La restructuration de cette usine, a expliqué Djoudi, va nécessiter un investissement d’environ 600 millions de dollars obtenus auprès de la Banque extérieure d’Algérie (BEA), 120 millions de dinars mobilisés par des actionnaires et 80 millions de dollars provenant d’ArcelorMittal. «Aujourd’hui, seulement à la plateforme d’El-Hadjar, en première phase d’ici février-mars, nous allons atteindre 1,2 million de tonnes», a souligné le PDG. Il a expliqué, par la suite, qu’en deuxième phase du plan d’investissement, «on pourra créer et mettre en place une nouvelle aciérie qui aura la capacité de produire 1 million de tonnes, ce qui fera au total 2.2 millions de tonnes», a-t-il noté. Celle-ci, ajoute-t-il, sera fortement appuyée par le projet de Bellara (Jijel), appelé à produire une fois terminé quelque 4 millions de tonnes d’acier. Le groupe Imetal « comprend aujourd’hui 70 entreprises. On emploie à peu près 25 000 agents, et on fait un chiffre d’affaires de 100 milliards de dinars», a affirmé le PDG, expliquant que le groupe est présent sur trois secteurs : la sidérurgie, la métallurgie et la construction métallique. Le secteur qui tire ce complexe industriel vers le bas est la sidérurgie, explique l’invité. Pour cela, «notre plan d’action, aujourd’hui, est de placer la sidérurgie algérienne, à l’horizon 2018-2019 au top de producteurs de la région Mena», a-t-il souhaité. Revenant à l’usine d’El-Hadjar, le PDG d’Imetal garantit que tous les emplois (4 500 postes de travail) seront préservés et que de plus, un programme de recrutement est en cours «pour rajeunir les effectifs». Il en sera de même, poursuit-il pour les 1 000 travailleurs activant dans le secteur minier. Les autres actions, poursuit-il, vont justement consister à reprendre en main les mines de fer alimentant El-Hadjar et à relancer le projet d’exploitation de celle de Gara Djebilet, «un projet de dimension nationale où tous les secteurs ainsi que les moyens de financement seront mobilisés». Celui du transport, en ce qui concerne la voie ferrée, les travaux publics, et l’énergie. En ce qui concerne le projet de «Bellara», le responsable a affirmé qu’«il avance très bien et qu’il y a une nouvelle équipe qui est installée par le ministre de l’Industrie». Pour rappel, lors de sa visite de travail et d’inspection, mercredi dernier, dans la wilaya d’Annaba, Abdessalem Bouchouareb, ministre de l'Industrie et des Mines, a annoncé «l’accord final entre le groupe algérien Imetal et le groupe ArcelorMittal pour la restructuration de l’actionnariat des sociétés ArcelorMittal Algérie et Pipes et Tubes Algérie et ArcelorMittal Tébessa». Dans cette configuration, a précisé le ministre, «ArcelorMittal transférera ses participations minoritaires dans les deux sociétés ArcelorMittal Algérie et ArcelorMittal Tébessa ainsi que sa participation majoritaire dans ArcelorMittal Pipes et Tubes Algérie à la partie algérienne qui contrôlera de ce fait pleinement ces sociétés».

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

Plus de 109 tonnes de résine de cannabis saisies en 2016

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub