pub
Infos en ligne:
  • Les techniciens de la maintenance entament une grève illimitée ...

  • L’Algérie se dirigera vers l’exportation de turbines d’énergie électrique ...

  • Le qatari Nasser Al-Khelaïfi interrogé par la justice en Suisse ...

  • Symposium sur le renouveau du football algérien ...

  • L'ère Alcaraz prend fin six mois après, l'instabilité perdure chez les Verts ...

  • La FAF convoque les locaux en l'absence d'Alcaraz ...

  • Le Nigeria a composté son billet pour le Mondial 2018 ...

  • Au moins 17 morts et 26 disparus dans un naufrage ...

  • disparition d'un citoyen à Bouzguene, large mobilisation pour le retrouver ...

  • M. Guitouni prône des actions conjointes pour relever les défis actuels ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6004 - Samedi 18 Novembre 2017

Prévenir la radicalisation

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Intervenant lors d’une conférence au Parlement européen, tenue jeudi dernier à Bruxelles, le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel a mis en garde contre la montée de l'islamophobie, du racisme, de la xénophobie et des interventions militaires étrangères, et le non-règlement des conflits en violation du droit international qui sont des facteurs alimentant, dit-il, la radicalisation et servant les objectifs et les intérêts des partisans de l'extrémisme violent et le terrorisme.

Cela ne va pas sans dire que ce nouveau fléau demeure, à bien des égards, assez complexe dans la mesure où la difficulté se pose en matière de définition de la radicalisation des aspirants terroristes et d’identification des conditions et des sujets aptes à faciliter la réussite de ce processus. Ce concept qui échappe à une définition univoque, pourrait, éventuellement, s’expliquer par le fait que la radicalisation ne se suffit pas à elle-même, mais existe selon un contexte déterminé par des facteurs sociaux, politiques et économiques favorisant cette «attraction», cette prédisposition des individus aux sentiments de frustration par rapport à leur vie, à la société qui les entoure, ou au système politique qui les incube.
Du coup, les mouvements extrémistes saisissent cette opportunité, et ce, par l’interception de ce mécontentement et offre, selon le besoin, un «sens» et une «mission» aux jeunes désorientés ; une réaction à l’«injustice» vécue ou aperçue ; un sentiment d’appartenance aux membres de communautés désormais atomisées. Ainsi, l’impossibilité de dresser un profil unique de l’«extrémiste potentiel» et l’incapacité de cerner les motifs individuels au cœur de la quête radicale, demeure, justement, à la base de cette problématique, dont les solutions ne sauraient être plausibles sans la prise en considération des facteurs de risque différents pour des profils personnels variés.

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

Loi de Finance 2018 présenter aux députés

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub