pub
Infos en ligne:
  • Les techniciens de la maintenance entament une grève illimitée ...

  • L’Algérie se dirigera vers l’exportation de turbines d’énergie électrique ...

  • Le qatari Nasser Al-Khelaïfi interrogé par la justice en Suisse ...

  • Symposium sur le renouveau du football algérien ...

  • L'ère Alcaraz prend fin six mois après, l'instabilité perdure chez les Verts ...

  • La FAF convoque les locaux en l'absence d'Alcaraz ...

  • Le Nigeria a composté son billet pour le Mondial 2018 ...

  • Au moins 17 morts et 26 disparus dans un naufrage ...

  • disparition d'un citoyen à Bouzguene, large mobilisation pour le retrouver ...

  • M. Guitouni prône des actions conjointes pour relever les défis actuels ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6004 - Samedi 18 Novembre 2017

Le voyage de Keltoum émeut le public

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

«Le voyage de Keltoum», un court métrage d’Anis Djaad a ostensiblement ému, lundi, au 3eme jour des rencontres cinématographiques de Bejaia, en livrant de façon lucide mais poignante, le récit d’une famille d’émigrés, intégrée certes mais socialement en grande difficulté et qui de plus, souffre terriblement de la rupture avec son pays d’origine.

L’oeuvre, n’est pas une nouvelle composition sur les déracinés, ni un pamphlet sur l’immigration, mais peint, en revanche, avec justesse et réalisme, la douleur sourde, d’hommes et de femmes, qui triment toute leur vie, sans pouvoir au bout du compte, à la fin du rouleau, en tirer bénéfice. S’accorder parfois un voyage, par exemple, fut-il impératif, vers le pays relève quasiment de l’irréalisme. Et irrémédiablement, le drame attend souvent au tournant. Ainsi l’a voulu, Djaad, qui en braquant sa caméra 23 minutes durant sur le parcours de Keltoum, a fini par mettre a nu, ses déchirures, ses rêves manqués et ses certitudes. Un gâchis sur toute la ligne. Infirmière depuis 30 ans, elle s’est occupée seule mais généreusement de sa petite famille, notamment son mari oisif, toujours en peine d’avoir quitté l’Algérie pour elle et son fils, adulte mais qui vit toujours à ses basques. Mais lorsque sa soeur, mourante lui demande dans une supplication de dernière volonté de rentrer à Alger pour se recueillir une dernière fois sur la tombe de leur maman, le drame éclate. Ne pouvant réunir, l’argent nécessaire au voyage, elle découvre, le grand ratage de sa vie. Celui de manquer d’économie, de n’avoir pas pris soin de son mari frustré et de son enfant en état d’abandon à cause de ses absences passées à prendre soins des autres à l’hôpital. Et chacun, en a exploité le moment pour le lui faire savoir avec véhémence et colère. La mama protectrice qu’elle croyait être n’en était plus une mais une femme singulière qui découvre l’enfermement familial dans lequel elle s’était engoncée insoucieusement des décennies durant. De guerre lasse et dans l’impossibilité de voyager, elle invente alors un mensonge vertueux, en leurrant sa soeur déjà peu consciente, de la réalisation du voyage à Alger. Son idée s’était matérialisée en la faisant rouler longtemps sur les périphériques de Paris avant d’échouer dans un cimetière et une tombe anonyme. Une histoire et une chute émouvantes servis par des acteurs sublimes et des cadrages de composition impressionnants. A couler de frissons.

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

Loi de Finance 2018 présenter aux députés

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub