espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6584 - Mercredi 16 Octobre 2019

Appel à manifester le 20 février pour libérer les militants du mouvement populaire

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Le Comité national marocain de soutien au mouvement Hirak a annoncé sa participation aux manifestations prévues au Maroc mercredi prochain pour exhorter les autorités à libérer les militants du mouvement détenus, dénonçant la détérioration de la situation sanitaire en prison, ont rapporté les médias marocains.

Parallèlement aux événements qu’a connus le procès des détenus du Hirak du Rif à Casablanca, notamment avec le boycott des audiences de la Cour d’appel par les détenus, le Comité national de soutien au Hirak a annoncé prendre de nouvelles mesures pour exhorter les autorités à libérer les militants. Il a déclaré s’engager dans «toutes les formes légitimes de lutte. Cela commenceraient par la participation aux manifestations prévues au Maroc le mercredi 20 février prochain», a annoncé le président du comité, Alami El Harouni. M.El Harouni a appelé les autorités à «libérer tous les détenus du mouvement populaire et à faire aboutir leurs demandes justes et à mettre un terme aux poursuites judiciaires».
«Nous exigeons la libération inconditionnelle de tous les détenus et nous appelons l’Etat à jouer un rôle dans la résolution de ce problème», explique-t-il dans un communiqué, repris par les médias locaux. En outre, le Comité national de soutien du Hirak du Rif s'est dit «inquiet» de «la détérioration de la situation sanitaire de certains activistes résidents de la prison d’Oukacha à Casablanca».
Le collectif déclare dans ce contexte «porter la responsabilité à l’administration pénitentiaire» au sujet de «la négligence de l’état de santé des détenus du Hirak, et à leur tête Nasser Zefzafi». Le porte-parole a mis en garde contre les «répercussions négatives» que pourrait avoir l’arrestation d’activistes de mouvements sociaux au Maroc, alors que les canaux de dialogue entre la société et l’Etat «restent bloqués». «L’Etat doit résoudre le problème de ces détenus afin de se consacrer au traitement des dossiers économiques et sociaux», estime le président du Comité. Suite au mouvement qui a agité en 2016 et 2017 le nord du Maroc, le Leader du mouvement (Hirak) Nasser Zefzafi et plusieurs militants avaient été condamnés fin juin à des peines allant jusqu'à 20 ans de prison pour «complot visant à porter atteinte à la sécurité de l'Etat», au terme de neuf mois d'un procès réunissant un total de 53 prévenus.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub