espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6557 - Dimanche 15 Septembre 2019

Lutte contre la dégradation de l'environnement dans les zones touchées par les conflits

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (CPS) a souligné la nécessité pour les États membres de renforcer les mesures visant à lutter contre la dégradation de l'environnement, en particulier dans les zones touchées par un conflit.

Dans un communiqué publié samedi à l’issue de sa 864ème réunion, tenue le 6 août courant sur le thème: «les catastrophes naturelles et autres sur le continent: au-delà des cadres normatifs», le Conseil a relevé que les catastrophes naturelles et le changement climatique contribuaient à exacerber les tensions existantes entre les communautés, menaçaient la disponibilité et l'accès aux ressources vitales et touchaient de manière disproportionnée les plus vulnérables. Le Conseil a réitéré son appel aux États membres pour qu’ils accélèrent la mise en œuvre intégrée de tous les engagements et accords internationaux et régionaux existants relatifs à l'atténuation des effets du changement climatique. Le CPS a également souligné l’importance de s'attaquer aux facteurs qui contribuent aux catastrophes naturelles et entrainent la destruction des infrastructures et le déplacement forcé de la population. A cet égard, les États membres et leurs partenaires sont appelés à mettre l’accent sur les mesures d'adaptation en vue de renforcer la résilience dans les communautés face au changement climatique. Le Conseil a aussi souligné la nécessité pour les États membres d'élaborer un mécanisme de communication efficace sur l'alerte rapide en cas de catastrophe naturelle. A cet effet, le CPS a recommandé la création de centres de commandement qui fonctionnent 24 heures sur 24 pour suivre étroitement et émettre, en temps voulu, des alertes rapides sur les catastrophes naturelles imminentes en vue de renforcer davantage la préparation au risque de catastrophe nationale et les capacités de réponse. Par ailleurs, le Conseil a souligné la nécessité d’efforts coordonnés aux niveaux national, régional et continental en matière de planification et de réponse aux catastrophes naturelles en Afrique. Le Conseil a également mis l’accent sur l'importance d'un financement durable garanti pour les effets du changement climatique sur le continent, ainsi que des partenariats et des relations de travail étroites entre la Commission de l'UA et les institutions concernées, y compris les agences des Nations unies, telles que ONU-Habitat et ONU-Environnement et Africa Risk Capacity (ARC), ainsi que l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et de tirer les enseignements des pays asiatiques, notamment en ce qui concerne les approches scientifiques et techniques permettant de générer une alerte rapide et de faciliter les efforts de prévention réponse et de redressement.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub